12 déc

Battle Of The Year le "Film"

    Dans les films américains les Etats Unis ont gagné la guerre du Vietnam et sont les gendarmes du monde.  Dans la réalité les vétérans sont devenus sdf ou alcolos voire les deux et les Etats Unis représentent surtout un facteur déséquilibrant de l'équilibre géopolitique mondial.

 

    Il faut donc aller voir un film américain pour voir une (vraie) dream team battre les Pockémon Crew en demie finale du Boty. Dans la vraie vie eh bé… ca n'est pas arrivé, je suis donc allé voir le film « Battle Of The Year » initialement prévu pour être« Planet B.Boy 2 » avant que le projet ne soit signé par une grosse major américaine.

Le pitch est simple, les Etats Unis, qui ont créé le mouvement Hip-Hop, n’ont plus remporté la compétition suprême qu’est le BOTY (selon le film toujours) damn ! Ils sont tellement fier d’être les pionniers ces américains qu’ils en oublient de les montrer ou même de les citer les pionniers en question. Je me dis, peut être qu’en bons hommes d’affaires ces derniers réclamaient certainement plus que les 1000 euro généreusement offerts aux équipes qui participaient (en vrai) à la compétition pour vendre leur« image ». Oui 1000 euro qui ne permettront même pas aux danseurs de s’acheter les consoles de jeu, tablettes numériques ou autres ordinateurs portable placés méthodiquement le long du film. Oui 1000 euro ca fait bien 100 euro par personne ou soit encore 80 dollars au cours fin 2011, la crise, la crise…

Au fait fondamentalement, que les américains ne gagnent pas le BOTY n’est pas vraiment gênant, comprenez c’est surtout qu’une grande marque de street-truc ne vende plus rien qui est problématique. La culture ? quoi la culture ?

 

    On en revient au film donc, ca parle de break, les acteurs sont (excellente surprise) de vrais bons noms de la scène break, l’équipe est une vraie dream-team mais bon là encore on s’en fout puisqu’on les voit multiplier les saltos et les poses. Les rares passages de danse sont vite zappés par le montage façon vidéo-clip. Quand nous avons été sollicités pour deux trois conseils c’est vrai qu’on s’était dit que le seul conseil à donner à une telle« dream-team » c’était d’éviter de dire UNE battle… 

Finalement on aurait du dire plein de choses, vraiment plein…

 

1 – Un nom de crew « old-school » ca ne peut définitivement pas être "Battle Troup Crew" (Equipe de Troupe de Battle…)

 

2 – Quand pendant six saisons de la série Lost soit 121épisodes ou encore 5082 minutes on n’est pas fichus de comprendre ce qu’on fout sur une île, je ne vois pas bien comment on peut prétendre monter et coacher une équipe pour gagner le BOTY en 3 mois le tout sans prononcer une seule fois le mot passage, sixtep, footwork ou phase.

 

3 – Chris Brown est célèbre, très célèbre donc tout le monde sait qu’il n’a rien à voir avec les pionniers du Break US, ça la fout mal de la part d’une production qui vous contacte pour avoir vos images dans le but de garder une crédibilité au film…

 

4 – Le break ca n’est pas que, comme le pense grand mère, des jeunes du ghetto qui tournent sur la tête et font des sauts périlleux. Manifestement le réalisateur si, à moins que ca ne soit sa grand mère qui soit en charge du truc...

 

5 – Si la difficulté majeure du BOTY c’est la sélection par la chorégraphie DE BREAK, c’est justement qu’il faut en mettre du break dans la choré parce que je pense que celle qui est présentée par l’équipe américaine c’est plutôt d’inspiration trixeurs que Rock Steady Crew et qu'au mieux elle permet une qualif dans un battle de centre aéré…

 

6 - L'Esprit d'équipe ca n'est pas les combis...

 

    Bref un conseil si vous êtes breakers,attendez que le film soit dispo sur le net même en screener, sinon regardez n’importe quel film avec la même histoire mais qui utilise le basket ou la boxe ca passe mieux. De toutes façons du break vous n’en verrez pas plus dans ce film que dans n’importe quel pub à la con pour une lessive ou un yaourt. 

Pour les autres euh… même conseil et pour tout le monde jetez un œil à ce qu’est réellement cette danse avec son histoire, ses personnalités son atmosphère en attendant un "8 Miles" version danse, seul film Hip-Hop réussi (excepté Beat Street et surtout Wild Style)…

 

 

PS : Les olas qui apparaissent dans le film sont destinées à l’équipe française qui a remporté cette année 2011 le BOTY contre… les américains et pour bien emmerder le monde on a remis ça l'année suivante :-p

 

MooH

 

06 août

L'école Vagabonds

En l'an 2000, après avoir vécu l'aventure O'Posse puis Family, Mohamed Belarbi fonde Vagabond Crew. Il en est l'un des premiers danseurs avec Lamine, Si m'Hahmed, Salah, Neil, Boss-K, JJ, Laos, Hajar pour les "Parisiens", Hugues de Grenoble, Rachid de Bruxelles, Théo de Meaux, Ilaria d'Italie.

Après cette première génération, d'autres grands noms viendront se relayer pour faire l'histoire des Vagabonds sur plusieurs générations :

2000-2003, avec en apogée la finale du BOTY international 2002 et le titre de meilleur show, l'époque des battles épiques notamment de celui mémorable contre Wanted Posse au BOTY France 2001.

2003-2006, les "petits" encadrés par certains anciens prennent la relève dans l'ombre et le travail au point que le monde du Break parle de la fin de Vagabonds jusqu’à un retour retentissant. Doublé show-battle au BOTY 2006 en Allemagne face aux nouveaux épouvantails du Break , les Coréens. A nouveau ces trois années sont marquées par la fin d’une ère et une nouvelle reconstruction. Le travail est plutôt axé sur la création “Alien” et les shows entre 2006 et 2009.

2009 marque le retour sur la scène des battles, le premier objectif est le Chelles Battle Pro avec l’intégration de la nouvelle génération des danseurs à un noyau de danseurs présents depuis 2003/2004. Jusque 2012 cette génération fera une veritable razzia entamée avec un doublé Chelles Battle Pro / UK BBoy en 2010. En duo, Mounir et Nabil remportent le Juste Debout BBoy Dédication le lendemain du Chelles Battle Pro.

En 2011, c’est un doublé UK Bboy Championships / BOTY International remportés respectivement contre les Coréens de Jinjo et les américains de Battle Born ainsi qu'une place de finaliste au R16 Korea.

En 2012, nouveau record avec la conservation du titre au BOTY International, Vagabond Crew devient l’équipe la plus titrée aux championnats du monde avec 3 titres et une deuxième place en battle et quatre victoires en show le tout en quatre participations… Nous pouvons également ajouter la victoire de Mounir au BC One 2012 comme un point final plein de symboles à cette période.

Malgré tous ces succès la théorie du cycle de trois ans se vérifie à nouveau. En 2012, une génération de Vagabonds arrive à la fin de son histoire.

Pour comprendre les succès de cette dernière génération mais aussi sa fin, il faut comprendre que Vagabonds a retenu les leçons du passé et adopté le fonctionnement d’une compagnie professionnelle avec plusieurs bénévoles au service des danseurs. Gagner les championnats du monde et les plus grandes compétitions coûte bien plus qu'il ne rapporte. Une année de fonctionnement et de préparation coute en moyenne 7 à 8 fois plus qu'elle ne rapporte. Participer à un BOTY International n'a aujourd'hui aucun intérêt du point de vue financier, ca n'était pas la motivation nous ne sommes donc pas entré dans le débat sur les money prices.

Vagabond Crew c'est de la communication (vidéos, site internet, réseaux sociaux), une administration et une coordination. Le crew s’est vu encadré par Aziz, le président (Association C West de Nantes), Abdessamad (Afnane Studios), Hafid Maï, Valentin, Mohamed et d’autres encore tous au service du projet porté par Mohamed BELARBI.

Ce projet est aujourd'hui formalisé aujourd'hui dans une compagnie à part entière, Vagabond est devenu une école. Lorsqu'une technique de travail, une déontologie, des valeurs sont mises en oeuvre depuis treize ans avec succès, on peut considérer que le stade du "Crew" est dépassé et que nous sommes dans une véritable école de pensée. Certains deviennent "Vagabonds" d'autres y font un passage pour y suivre un enseignement qui a fait ses preuves...

Au travers des résidences partagées à Mireval, du travail au sein du Réseau Languedoc-Roussillon et d'autres projets à venir en Île de France et partout ailleurs nous nous engageons dans une nouvelle ère tournée vers l'éducation et la formation.

Malgré tout, la compétition étant intégrée dans la gênes de Vagabond Crew, autant dire que nous sommes déja en train de semer les graines des succès futurs... 

09 juin

Félicitations à Melting Force St Etienne

Grosses félicitations à Melting Force pour leur victoire au BOTY France. Ils iront représenter la France au BOTY International en Allemagne, Vagabond Crew ne sera pas présent et leur souhaite toute la réussite qu'ils méritent à Melting Force de Saint Etienne

13 fév

Inauguration des Résidences Partagées

Ce 13 Février 2013 au Centre Culturel Léo Malet de Mireval nous avons inauguré nos "Résidences Partagées" destinées à être proposées dans plusieurs villes. Imaginée il y a maintenant plusieurs années cette opération est notre projet principal pour 2013, croisement entre notre travail sur la création chorégraphique "Alien" et nos actions d'éducation populaire.

Bien sûr Vagabond Crew restera présent dans les compétitions qui sont et resteront l'ADN de la compagnie, simplement il nous paraît important de nous appuyer sur notre "réussite" pour maintenant insister sur un de nos crédos : La transmission.

Enfant, adolescents, adultes, parents, éducateurs, nous souhaitons partager notre expérience avec tous les acteurs de l'éducation. Cet aspect de plus en plus négligé de notre société nous parait être au centre de la vie. Que ce soit à pour valoriser les héritages des "anciens" ou encore pour agir de façon positive sur notre futur et celui de nos descendants, nous mettons les Résidences Partagées au centre de notre action pour cette année.

Les titres ne représentent au final que très peu face aux années de travail et de combat pour toujours plus de solidarité, de justice, de positivisme dans les actions et dans la vie. Les titres sont les médailles qui brillent mais qui ne seront jamais que les "récompenses" visibles d'une d'une démarche jusqu'ici invisible et que nous souhaitons mettre en avant.

Les individus doivent reprendre la place trop facilement abandonnée aux médias, aux marques et au commerce dans la vie de tous. Quand nous nous déplaçons, c'est notre expérience de vie que nous souhaitons partager, simplement...