12 déc

Battle Of The Year le "Film"

    Dans les films américains les Etats Unis ont gagné la guerre du Vietnam et sont les gendarmes du monde.  Dans la réalité les vétérans sont devenus sdf ou alcolos voire les deux et les Etats Unis représentent surtout un facteur déséquilibrant de l'équilibre géopolitique mondial.

 

    Il faut donc aller voir un film américain pour voir une (vraie) dream team battre les Pockémon Crew en demie finale du Boty. Dans la vraie vie eh bé… ca n'est pas arrivé, je suis donc allé voir le film « Battle Of The Year » initialement prévu pour être« Planet B.Boy 2 » avant que le projet ne soit signé par une grosse major américaine.

Le pitch est simple, les Etats Unis, qui ont créé le mouvement Hip-Hop, n’ont plus remporté la compétition suprême qu’est le BOTY (selon le film toujours) damn ! Ils sont tellement fier d’être les pionniers ces américains qu’ils en oublient de les montrer ou même de les citer les pionniers en question. Je me dis, peut être qu’en bons hommes d’affaires ces derniers réclamaient certainement plus que les 1000 euro généreusement offerts aux équipes qui participaient (en vrai) à la compétition pour vendre leur« image ». Oui 1000 euro qui ne permettront même pas aux danseurs de s’acheter les consoles de jeu, tablettes numériques ou autres ordinateurs portable placés méthodiquement le long du film. Oui 1000 euro ca fait bien 100 euro par personne ou soit encore 80 dollars au cours fin 2011, la crise, la crise…

Au fait fondamentalement, que les américains ne gagnent pas le BOTY n’est pas vraiment gênant, comprenez c’est surtout qu’une grande marque de street-truc ne vende plus rien qui est problématique. La culture ? quoi la culture ?

 

    On en revient au film donc, ca parle de break, les acteurs sont (excellente surprise) de vrais bons noms de la scène break, l’équipe est une vraie dream-team mais bon là encore on s’en fout puisqu’on les voit multiplier les saltos et les poses. Les rares passages de danse sont vite zappés par le montage façon vidéo-clip. Quand nous avons été sollicités pour deux trois conseils c’est vrai qu’on s’était dit que le seul conseil à donner à une telle« dream-team » c’était d’éviter de dire UNE battle… 

Finalement on aurait du dire plein de choses, vraiment plein…

 

1 – Un nom de crew « old-school » ca ne peut définitivement pas être "Battle Troup Crew" (Equipe de Troupe de Battle…)

 

2 – Quand pendant six saisons de la série Lost soit 121épisodes ou encore 5082 minutes on n’est pas fichus de comprendre ce qu’on fout sur une île, je ne vois pas bien comment on peut prétendre monter et coacher une équipe pour gagner le BOTY en 3 mois le tout sans prononcer une seule fois le mot passage, sixtep, footwork ou phase.

 

3 – Chris Brown est célèbre, très célèbre donc tout le monde sait qu’il n’a rien à voir avec les pionniers du Break US, ça la fout mal de la part d’une production qui vous contacte pour avoir vos images dans le but de garder une crédibilité au film…

 

4 – Le break ca n’est pas que, comme le pense grand mère, des jeunes du ghetto qui tournent sur la tête et font des sauts périlleux. Manifestement le réalisateur si, à moins que ca ne soit sa grand mère qui soit en charge du truc...

 

5 – Si la difficulté majeure du BOTY c’est la sélection par la chorégraphie DE BREAK, c’est justement qu’il faut en mettre du break dans la choré parce que je pense que celle qui est présentée par l’équipe américaine c’est plutôt d’inspiration trixeurs que Rock Steady Crew et qu'au mieux elle permet une qualif dans un battle de centre aéré…

 

6 - L'Esprit d'équipe ca n'est pas les combis...

 

    Bref un conseil si vous êtes breakers,attendez que le film soit dispo sur le net même en screener, sinon regardez n’importe quel film avec la même histoire mais qui utilise le basket ou la boxe ca passe mieux. De toutes façons du break vous n’en verrez pas plus dans ce film que dans n’importe quel pub à la con pour une lessive ou un yaourt. 

Pour les autres euh… même conseil et pour tout le monde jetez un œil à ce qu’est réellement cette danse avec son histoire, ses personnalités son atmosphère en attendant un "8 Miles" version danse, seul film Hip-Hop réussi (excepté Beat Street et surtout Wild Style)…

 

 

PS : Les olas qui apparaissent dans le film sont destinées à l’équipe française qui a remporté cette année 2011 le BOTY contre… les américains et pour bien emmerder le monde on a remis ça l'année suivante :-p

 

MooH

 

Ajouter un commentaire